Clairvoyance

October, 2018
AMRN056
CD Digipack
Price: 
12.50
Gianni Mimmo, Silvia Corda, Adriano Orrù

[…] It is an architecture that naturally falls into place by virtue of very close listening and responsive playing on the part of all three.

[…] Orrù is a master colorist, a double bassist deeply conversant with the instrument’s broad array of timbral resources. We can hear this even in the very first minute of the recording, where he delivers a brief solo setting ordinary tones against harmonics and sliding ghost tones.

Mimmo is notable among freely improvising reed players for his refined lyricism and focus on the vitality of the line—but he too can be a colorist: just listen to the flute-like sounds he elicits on How Spider Sits and Waits, or the harmonics he counterposes against Orrù’s during the opening improvisation.

Corda’s pianism is informed by a profound grasp of the piano as a textural, as well as a harmonic voice, one whose function is to bind and separate by creating a dialogue between positive and negative spaces. Her role here is often understated but no less crucial for being so—in fact it is just this understatement that makes it so crucial. Her uncanny ability to keep sonic space uncluttered and open to the weave of lines around her is one of the keys to the trio’s distinctive sound. But these techniques and structures are here only to the extent that they serve expressive ends.

Which brings us back to clairvoyance. Clairvoyance purports to see the world as a network of significances linked by a revelatory, spontaneous rapport between things and events superficially unrelated. In a similar way, the musical clairvoyance captured on these six tracks sees in the meeting of advanced technique and improvised form both the prerequisite and pretext for revelation: the revelation of song lying latent at the heart of sound.

Daniel Barbiero (excerpts from the album liner notes)

Reviews

orynx-improvandsounds.blogspot.com/
Jean - Michel Van Schouwburg

Contrebasse chatoyante et sonique, saxophone soyeux et polytonalement mélodique, piano exploré dans ses mécanismes et radicalement percussif contemporain, doigtés allègres et cristallins. La pianiste Silvia Corda et le contrebassiste Adriano Orrù forment un couple musical à la scène comme à la ville. Lui une manière de Peacok / Barre sarde (les meilleures écoles !) très solide et aussi réellement libre. Son coup d’archet génère bien des affects et des nuances de timbre. Le discours pianistique de Silvia Corda est à la fois ouvert, multiple, nuancé et plongé dans l’écoute mutuelle créant son univers qu’elle construit par petites touches donnant à ses comparses de l’espace, du temps, des idées, un peu de contraste, tout en avançant ses pions dans un jeu savant et parfois insaisissable. Flottant presque nonchalamment par-dessus, le souffle de Gianni Mimmo trouve la dynamique et l’univers propice à étendre et distendre le son et le souffle, les intervalles, quintes, tierces, secondes en tuilage subtil. Clairvoyance fonctionne dans l’écoute et l’équilibre, l’énergie se répandant après coup dans des pointes de jeu plus intenses qui surviennent comme un signal indiquant le passage vers un autre territoire, une direction différente ou un magnifique solo de basse à l’archet, lequel introduit encore d’autres événements sonores. Ce sens naturel d’enchaîner / varier ces séquences avec leurs sonorités caractéristiques, leurs pleins et leurs silences, qui font partie de la musique collective, contribuent à l’intérêt suivi de l’auditeur. Ces trois improvisateurs manifestent une belle assurance mais ne semblent point pressés à nous impressionner et à en rajouter. La virtuosité ne s’exprime pas au nombre de notes à la seconde. Il y a surtout un moment de vie, de partage, de jeu qui donne du temps au temps et va en profondeur dans les sentiments, le ressenti à la fois instantané  et vécu sur la durée. Dans Implicationsle jeu d’Adriano commente en décalant note à note l’envol des phrasés lunaires et virevoltants du saxophoniste, tandis que la pianiste sous-tend des doigtés en sursaut, toujours en éveil, recyclant et déconstruisant un chouia la structure harmonique qui guide les ébats du souffleur, très inspiré ici. Ensuite, on négocie le noyau de l’échange au ralenti jusqu’à ce que la pianiste conclut et clôture par surprise. Le morceau final, How Spider Sits and Waits achève la session sous le signe de l’écoute ludique vers un domaine plus aléatoire, mais tout autant achevé : sonique et réservé du côté du piano, diaphane chez le sax soprano et avec le gros pouce qui actionne les cordages de la contrebasse alternant avec des doigtés subtils… Un beau travail et d’excellents musiciens qui jouent le jeu de la rencontre.

Credits: 

Gianni Mimmo soprano saxophone
Silvia Corda piano
Adriano Orrù double bass

All tracks by Mimmo, Corda, Orrù
Recorded on November the 5th, 2017 at Monserrato Studio, Cagliari, Italy
Engineering by Adriano Orrù
Mastering by Maurizio Giannotti, New Mastering Studio, Milano, Italy
Liner Note by Daniel Barbiero
Cover Art “Will”painting by Gina Gilmour ( www.ginagilmour.com )
CD label artwork by Silvia Corda
Graphics by Nicola Guazzaloca
Executive Production by Gianni Mimmo for Amirani Records